L'Apex Théâtre

MANDAT.

Qu’est-ce qui distingue le théâtre des autres formes d’art à l’ère du numérique?

Cette question est la pierre angulaire du mandat de L'Apex. C’est en nous appuyant sur trois principes de la pensée numérique que nous faisons avancer cette réflexion : la multidisciplinarité, l’adaptation et le partage. Nos productions théâtrales abordent des enjeux sociaux complexes, voire tabous, auxquels nous ne comptons pas apporter de réponses, mais plutôt lancer les discussions.

OBJECTIF.

L’objectif de L’Apex est de provoquer la discussion en:

• dressant un portrait à dimension humaine d’enjeux sociaux actuels et brûlants;

• explorant les possibilités du langage et du théâtre à l’ère numérique;

• osant les questions ouvertes, laissées sans réponse;

• engageant le public dans le processus artistique;

• donnant autant de valeur artistique au processus créatif qu’au produit final;

• se permettant d’utiliser d’autres formes d’art et de les amalgamer.


PRODUCTIONS.

Depuis sa fondation en août 2018, L’Apex explore des pistes de réponse sur ce qui distingue le théâtre des autres formes d’art à l’ère numérique avec chacune de ses productions.

En février 2019, L’Apex a présenté la pièce Blackbird de l’auteur David Harrower à Premier Acte. Cette œuvre mondialement acclamée aborde les limites du désir, de l’amour, de l’abus et de la justice en racontant la relation illicite entre une fille de 12 ans et un homme de 40 ans. Avec cette production mise en scène par Olivier Lépine, L’Apex a exploité la déconstruction des codes théâtraux et l’hyperréalisme, plaçant le spectateur dans une position confrontante, tanguant entre l’identification et le voyeurisme. Avec un taux d’assistance de 99% (incluant une supplémentaire), des critiques unanimement favorables, une nomination aux Prix Théâtre et une nomination aux prix de l’AQCT, Blackbird a marqué les esprits ainsi que la mise au monde de L’Apex.

À l’automne 2019, L’Apex a visité les codes du théâtre immersif au Théâtre Périscope avec le LabOuvert Le Centre de tri, projet multidisciplinaire s'intéressant à la prise de parole publique en ligne. Quelle est la relation de causalité entre nos nouvelles méthodes de communication et nos comportements collectifs ? La compagnie a poursuivi ces explorations en avril 2021, lors d'une résidence de création offerte par Recto-Verso et diffusée par Premier Acte.

Avec «Aime-moi parce que rien n’arrive», L’Apex approfondit les notions de performance et de risque. Ce projet est né d’une envie d’un théâtre qui fait naître chez le public un sentiment du «ici, maintenant», qui lui présente une mise en danger en direct, ce qu’aucune plateforme de streaming ne peut offrir. La production, dont le texte et la mise en scène sont signés par Gabrielle Ferron, doit être diffusée en février 2022 à Premier Acte.


COLLABORATIONS.

L’Apex entretient un dialogue constant avec son milieu, avec sa communauté, mais aussi avec les experts des thématiques de nos productions. Chaque projet est réalisé avec rigueur, méthodologie et ouverture.

L’Apex a tenu le rôle de la présidence d’honneur de l’édition 2020 du FTUL/Festival de Théâtre de l’Université Laval, présentant pour l’occasion une table ronde avec quatre figures influentes du milieu théâtral à Québec ayant pour thème «Qu’est-ce qui distingue le théâtre à l’ère du numérique ?»

À l'été 2020, l’organisme Viol-Secours, avec qui L’Apex a collaboré pour Blackbird, a sollicité la compagnie dans la création d’un outil numérique ayant pour but de prévenir les agressions sexuelles auprès des écoles secondaires. 

Actuellement, la compagnie travaille avec plusieurs organismes et professionnel.les pour Coupe-Feux, un balado sur le concept de majorité sexuelle à l'ère numérique. Inspiré de la genèse de la pièce Blackbird, le projet rassemble entre autres l'expertise de Viol-Secours, de Cyberaide, de la Maison Radisson, de l'Ordre des sexologues du Québec et de l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval.